Alberto Morillas | le collectionneur

Fermez les yeux. Ralentissez votre respiration et respirez la senteur qui vous entoure. Que ressentez-vous ? Qu'est-ce qui met vos sens en éveil ? Vers quoi êtes-vous attiré ? Ce n'est que le début de la naissance d'un parfum et du processus créatif quotidien auquel est habitué le maître parfumeur Alberto Morillas. "Le parfum a toujours fait partie de ma formation", explique-t-il. "Non seulement mes parents portaient beaucoup de parfums, mais j'ai également été parfumé dans mon enfance, en m'aspergeant d'eau de Cologne. "Il n'est donc pas étonnant que le parfumeur espagnol, né dans un monde de notes poignantes et d'arômes riches, soit devenu un créateur de parfums renommé et un grand collectionneur de fragrances.
Parcourez les pièces de la maison de Morillas à Genève et vous verrez vos yeux danser entre les dizaines de bougies et de parfums qui décorent et parfument sa maison. Sa collection, comme son jardin, n'est pas seulement destinée à la décoration intérieure, elle est aussi un terrain de jeu pour stimuler sa créativité. "Ma collection reflète l'histoire des parfums, de la parfumerie et de son évolution", explique-t-il, et quel musée de parfums il a rassemblé ! Mais les créations de Morillas sont légendaires. Il est célèbre pour être à l'origine des Calvin Klein Ck One, Giorgio Armani Acqua di Bio, Marc Jacobs Daisy et du premier parfum de Cartier, Must de Cartier. ( Pour n'en citer que quelques-uns). "Je suis devenu parfumeur par passion", dit-il. "Ck One était une re-création de la fraîcheur d'un thé froid, Acqua di Gio, l'évocation des vacances et de la mer, et MJ Daisy, un bouquet de fleurs abstrait. "Vous pouvez donc comprendre que sa maison est un lieu d'alchimie olfactive. " J'ai commencé une collection de vieux flacons de parfum il y a 50 ans. " révèle-t-il. Cette mine de trésors est répartie dans une vitrine en verre, qui s'étend sur quatre alcôves et comprend plus de 20 étagères - qui s'étendent jusqu'à son jardin " Chaque flacon évoque une époque particulière. Elles sont introuvables aujourd'hui, et chacune est une pièce rare, avec un savoir-faire et un artisanat particuliers. "Ne vous attendez pas à trouver quoi que ce soit d'ordinaire ici, car la collection comprend des objets en verre obscurs mais complexes, des bouchons de bouteilles aux couleurs vives, des flacons à moitié piqués et des boîtes délicates. "Cette bibliothèque avec ses étagères en verre m'inspire pour mes nouvelles créations", dit Alberto Morillas. Son bureau - revêtu de chêne et de cuir, de flacons de parfum miniatures, de centaines de touche à sentir et de notes de formulations - est le centre nerveux pour "les prototypes de mes futurs parfums". J'aime m'asseoir dans cet endroit où je peux travailler en regardant mon jardin". Ici, une synergie créative nourrit et inspire chacune de ses créations, lui offrant des moments d'évasion, de respiration et de rêve. "Je suis attiré par les formes des flacons, certaines plus figuratives que d'autres, ainsi que par la qualité technique du verre - il y a des pièces rares et uniques, " dit-il. Et il ne fait pas seulement une fixation sur une époque particulière du design. "Chaque période de design est représentée dans ma collection. Ce n'est pas le design lui-même qui importe le plus, mais le fait que certaines pièces seraient impossibles à créer aujourd'hui", dit-il, en soulignant la beauté de leur individualité. "C'est le savoir-faire artisanal qui les rend si précieux. " 
La collection de Morillas n'a jamais été rationalisée - pas de vieilles bouteilles jetées, pas de réduction au fil des ans.  "Je trouve qu'il est très difficile de se débarrasser de flacons de parfum parce qu'un jour, ils pourraient devenir des objets de collection", dit-il. Et bien qu'il ne se considère peut-être pas comme un collectionneur dans son propre esprit, M. Morillas se souvient avec émotion du moment et du lieu (ventes aux enchères, marchés aux puces ....) où chacun d'eux a été découvert et acheté.
La parfumerie d'Allberto Morillas, qui englobe la créativité, l'inspiration, la formulation et la conception, fait partie intégrante de l'esthétique de son intérieur et de son art, et ses collections constituent une partie importante de sa décoration intérieure. Mais les parfums ne sont pas les seuls à parfumer sa maison. Une multitude de bougies agrémentent également les espaces. "Les gens sont souvent surpris par le nombre de bougies différentes que nous allumons dans toute la maison", dit-il. Cascade le long des consoles, coincé dans des recoins , illuminant le centre des pièces ; les bougies - dont beaucoup proviennent de sa propre marque, Mizensir - se trouvent à chaque tournant. Attendez-vous à être accueilli par une signature et une ambiance différentes lorsque vous vous déplacez d'une pièce à l'autre dans la maison de Morillas. "Lorsque vous entrez dans ma maison, vous êtes accueilli par l'odeur des bougies, chacune donnant une atmosphère particulière", explique-t-il. " C'est une partie intégrante de mon style de vie. "Et si vous vous demandez ce que le parfumeur allume au jour le jour, cela change au fil des saisons, inspiré par la nature. "En hiver, j'aime brûler  Sapin de Noël et  Pomme d'Ambre", dit Morillas. "Au printemps, j'ai envie de sentir des fleurs fraîches ou Le Jardin du Parfumeur. En été, j'ai besoin que la fraîcheur flotte dans la maison avec la gamme de bougies d'été de Mizensir. Et pour l'automne, ce sont les bougies parfumées au bois.
La maison de Alberto Morillas est une pyramide olfactive où il peut créer n'importe quel parfum, avec des couches de flacons pour l'inspiration, ainsi qu'un certain nombre de formules à tester et un jardin personnalisé pour la création. "Tous les parfums sur lesquels je travaille - et ceux que je dois retravailler - sont influencés par mon jardin. Je compose mon jardin en même temps que je crée mes formules ", explique-t-il, les roses et les pivoines étant actuellement au centre de ses préoccupations.
Alberto, avec sa femme Claudine, a fondé sa marque il y a plus de 20 ans. Réfléchissant à son inspiration initiale, il déclare : "Je voulais créer des bougies qui correspondent à mes intérieurs. Ce fut ensuite le tour des parfums, créés à mon image, en toute liberté. Je privilégie les matières naturelles, les agrumes, les fleurs méditerranéennes, le jasmin, le néroli et la fleur d'oranger, sans me soucier du coût de la formule. Ce qui compte, c'est la qualité avant tout. "Cette considération équivaut à un processus qui est loin d'être simple - mais les résultats parlent d'eux-mêmes. "Ma seule collection Mizensir est si vaste, avec plus de 100 références, que même moi, il m'arrive d'oublier certaines senteurs - et j'éprouve une telle joie à les redécouvrir. " 
Harrods September/ October issue

<tc>Zuletzt angesehen</tc>