website Passer au contenu

Panier

Votre panier est vide

Article: Double M, Mizensir x Morillas

Double M, Mizensir x Morillas - Mizensir.ch
Alberto Morillas

Double M, Mizensir x Morillas

Rédigé par Laurence Arrigo Klove | Interview originale en anglais |
Un clan familial genevois passionné par la création de parfums. La Double Crème suisse du plus haut niveau, c’est une évidence.


Mizensir Genève est animée par la passion de créer des parfums divins. Mizensir, c'est Morillas, une famille genevoise qui a à cœur la qualité suisse. Alberto, le célèbre maître parfumeur de Firmenich, et sa fille Véronique nous racontent l'histoire et les secrets de leur maison. Un duo d’exception qui nous fait des tours de magie.

Question : Chère Véronique, je suis ravie de pouvoir échanger avec vous. Je voudrais commencer par vous demander comment vous avez décidé de rejoindre l'entreprise familiale.
Véronique : J'ai obtenu mon diplôme de droit et j'ai rejoint un cabinet d'avocats peu de temps après. J'étais plongée dans les intérêts et les problèmes des autres. Ma tâche consistait à étudier rigoureusement les règles et les lois, à les appliquer et à résoudre les problèmes juridiques de mes clients. Soudain, je me suis dit : pourquoi ne pas consacrer mon temps à résoudre les problèmes de ma propre famille ? J'avais effectué plusieurs stages chez Firmenich, que ce soit au service juridique ou dans le laboratoire, et Alberto m'avait tenu au courant de l'évolution de l'entreprise tout au long de ma carrière. J'ai rejoint l'entreprise en 2011 et je n'ai jamais regardé en arrière. Ma feuille de route n'a jamais été aussi heureuse.

Question : M. Morillas, avez-vous quelque chose à ajouter après votre fille - les femmes d'abord ?
Alberto : Tout à fait ! Mon épouse et moi-même étions convaincus que Véronique avait les compétences nécessaires et qu'elle aurait pu contribuer à la croissance d'une entreprise qui était trop complexe à gérer pour une seule personne. Ma femme avait magnifiquement géré seule la collection de bougies, mais le temps était venu d'agrandir l'équipe pour préparer l'avenir. La réalité m'a donné raison. Dès son arrivée, Véronique a apporté des idées nouvelles comme celle de lancer la collection de parfums. C'est grâce à elle que nous nous sommes engagés dans cette nouvelle voie.

Question : quand et comment la marque Mizensir a-t-elle vu le jour ?
Véronique : La marque a démarré officiellement en 1999 lorsque ma mère Claudine et mon père Alberto ont enregistré la société. Avant cela, mon père avait expérimenté la production de bougies chez Firmenich, car les parfumeurs avaient l’habitude de créer une bougie et l’offrir à leurs clients ou employés. Des amis ont poussé mes parents à lancer leur propre maison et les premières bougies ont été vendues dans une boutique - tenue par l’un de leurs amis – à côté de leur maison, précisément à Vandoeuvres, près de Genève. Elles sont rapidement devenues célèbres à Genève, au-delà de leur réseau d'amis.
Alberto : J'étais devenu passionné par la science complexe de la fabrication des bougies : le type de cire, la combustion, le parfum, sa dilution dans la cire... J'ai effectué des recherches approfondies pour essayer d'en maîtriser la magie. En tant que perfectionniste, je pensais ne pas pouvoir trouver les bonnes bougies sur le marché. Il fallait que j'aille plus loin, que je fasse quelque chose de mieux, de plus fin notamment dans la qualité des senteurs. C'est ainsi que la maison Mizensir a vu le jour, animée par la recherche et la passion.

Question : la marque a donc commencé par des bougies, combien y en a-t-il eu au lancement ?
Véronique : Mizensir a commencé avec une simple sélection de 3 bougies et curieusement elles restent la catégorie la plus vendue aujourd'hui. Il y avait Sapin de Noël - un parfum mythique de pin de Noël, Pomme d'Ambre - un délicieux mélange de vanille et d'épices, et Cannelle Vanille - une cannelle enivrante mélangée à la douceur de la vanille. D'autres bougies ont été vu le jour peu après, telles que Figuier de Sicile, Bois du Tibet, Jasmin et Ambre Oriental. Encore aujourd'hui, ce sont des senteurs très célèbres.
Alberto : La fidélité de nos clients est très importante pour moi. Cela signifie que ce que nous faisons n'est pas si mal après tout. Nos clients ont leurs préférences, mais ils apprécient beaucoup la diversité de nos parfums qui peuvent répondre à la variété de leurs intérieurs, aux différentes saisons et à l'évolution de leurs humeurs. Une chose est sûre, l'intensité de la senteur est élevée. Que ce soit autour de notes fruitées, boisées, gourmandes, épicées, encens ou florales, je finis par toujours proposer un niveau d’intensité élevé. Je pense que c'est une composante majeure de notre succès.

Question : Qui a eu l'idée du nom de la maison "Mizensir" ?
Véronique : Mes parents. Ils se sont vraiment amusés à jouer avec les mots à différents niveaux. En français, « Mizensir » évoque l’action de « mettre en cire », ce qui est tout à fait approprié pour une maison de bougies. « M » rappelle Morillas, notre nom de famille, vous l’aurez deviné. « Zen » peut aussi se lire à l’envers comme « Nez ». Enfin, Alberto aime le "Sir" final, clin d’œil à l'élégance britannique. J'avoue que je n'ai rien à voir avec tout cela. Tout leur appartient. N'est-ce pas, papa ?
Alberto : Tu as tout à fait raison ! Il y a tellement de nous dans ce nom. L'esprit, l'humour, la famille, l'artisanat, l'excellence. Le nom de la marque a une forte personnalité, je pense.

Question : Comment avez-vous choisi la direction artistique ?
Véronique : Il s'agit à nouveau d'un travail d'équipe en famille. Commençons par le logo. Mon père aime le classicisme de l'époque gréco-romaine et a donc choisi les deux colonnes pour Mizensir. Mes parents ont toujours eu un couple de Jack Russel Terrier - depuis au moins 35 ans - nous devions donc les ajouter au blason. Enfin, les feuilles de buis illustrent notre approche olfactive. La simplicité de nos flacons découle du choix de mettre l'accent sur le parfum lui-même, sur la qualité de ses ingrédients. Le choix du blanc pour l'emballage est issu de l’amour de mon père pour les fleurs blanches dans son intérieur. Le blanc est intemporel, chic, lumineux. Enfin, nous ajoutons une touche d'argent, d'or ou de noir en fonction du parfum. Quant aux noms, nous aimons généralement utiliser deux mots comme dans Musc Eternel ou Golden Oud. À notre avis, quelle que soit la langue, cela donne le bon équilibre à un nom de parfum et cela permet aussi de s'assurer que si l'on oublie le premier mot, on se souvient du second.
Alberto : Véronique m'a dit : « Papa, ne freine pas ta créativité en te préoccupant du coût des ingrédients ; avec Mizensir, tu es totalement libre ». J'ai bien compris le message. Je me permets d'utiliser les meilleures matières premières, tant naturelles que synthétiques. Je puise dans l’anthologie fantastique de molécules de Firmenich, comme l'ambrox, la paradisone (jasmin), le vulcanolide (musc). Je suis toujours à la recherche de nouvelles idées, modernes, tournées vers l'avenir. C'est ma démarche. En ce qui concerne la couleur blanche, Chanel a été une grande source d'inspiration pour moi. Blanc ou noir. La définition de l'élégance simple. J'ai choisi le blanc pour Mizensir. Pour les noms des parfums, je vise à leur attribuer une personnalité, car le nom lui-même raconte l'histoire du parfum. Pour notre prochain parfum basé sur l'ingrédient gin, j'ai instinctivement choisi le nom "Blue Gin" (gin bleu) en référence à la couleur de la bouteille du Bombay Sapphire.

Question : Comment les senteurs sont-elles développées dans ce processus de travail en équipe familiale ?
Véronique : Parfois, l'équipe trouve une inspiration de parfum et papa s'occupe de la développer. La plupart du temps, son esprit créatif regorge d'idées nouvelles à traduire en parfums. Pour 2021, nous avons trois nouveaux parfums, mais Alberto en a toujours d'autres en préparation, qu'il qualifie d'"inachevés". Ce qu'il veut dire par là, c'est qu'il estime qu'ils ne sont pas parfaits et qu'il doit encore y travailler. Cependant, dans certains cas, je dois lui confirmer de manière ferme que le parfum est en fait abouti. Il est également important de noter que toute l'équipe teste les parfums. Toutes nos peaux sont utilisées pour la recherche, afin que nous puissions donner notre avis et que les ajustements nécessaires puissent être apportés si besoin. Enfin, nos deux boutiques nous servent également de laboratoires. Jour après jour, nos clients nous disent ce qu'ils aiment ou ce qu'ils n'aiment pas, ce qu'ils souhaitent ; nous les écoutons et nous pouvons travaillons à partir de leurs retours.
Alberto : En général, il me faut jusqu'à deux ans et 60 mises au point pour terminer un parfum. Je suis un perfectionniste ; je n'abandonne pas tant que je ne pense pas que c'est fini. Je travaille toujours sur Ambre Magique, car je dois déchiffrer le code : que signifie "Orient" aujourd'hui ? S'agit-il de l'Inde, du Moyen-Orient, d'un parfum dans la lignée de Shalimar ? Le début, l'idée originale et les premiers échantillons sont les plus importants. Je suis également très attentif au suivi des ventes, car cela me permet d'obtenir un retour d'information pertinent : que dit et pense le public lorsqu'ils sentent mes parfums ? À Londres, notre marque est connue pour son « effet boomerang », car la conversion en vente est souvent immédiate.

Question : Pouvez-vous nous parler de l'art de la création olfactive selon Mizensir, ou par le « magicien des parfums » ?
Véronique : Pour nous, un bon parfum est obtenu par la combinaison de 4 éléments. Tout d'abord, les matières premières doivent être de première qualité. Deuxièmement, l'émotion déclenchée par le parfum doit être présente. Troisièmement, la perfection doit être au rendez-vous car nos parfums ont fait l'objet d'un long processus de développement. Quatrièmement, la séduction est essentielle, car ce sont nos clients qui ont le dernier mot.
Alberto : Je dis toujours que chaque parfum doit avoir une âme. Dans mon esprit, cette âme provient d'une mélodie, comme un air de chanson. Cet élément central est la personnalité intime du parfum. En plus de cette harmonie, je veux que mes parfums surprennent, qu'ils intriguent. Enfin, mon but est de faire plaisir aux gens, de leur apporter un peu de "lumière", de joie, toujours avec une grande exigence de qualité.

Question : Pouvez-vous nous raconter l'histoire d’« Édition de Véronique » ainsi que de « Little Bianca » et de « Lovely Alba », dédiés à vos deux filles ?
Véronique : Bien sûr, l'Edition de Véronique a été conçue pour moi. Alberto a créé une composition pour moi et je l'ai tout simplement adorée. Il a ensuite habilement ajouté de la rose pour la rendre plus féminine, avant de s'apercevoir que je ne l'aimais plus. Désolé, papa. Sans vouloir te vexer, je préfère d'autres parfums ; je ne peux pas commencer ma journée sans Luxury ou Elixir de Musc et j’aime agrémenter mes soirées avec Musc Eternel ou Ideal Oud. Quant aux parfums pour mes filles, ils ont été créées avant tout pour moi ou pour toute femme qui a un nouveau-né. C'est un tel plaisir de porter un parfum à la fois doux et beau qui donne le sentiment heureux d'une nouvelle vie. Aujourd'hui, nos filles adorent leur propre parfum. Tout le monde est heureux.
Alberto : Edition de Véronique était le premier parfum de la collection Mizensir. Vous pouvez imaginer ma déception lorsque j'ai découvert que ma fille ne l'aimait pas autant qu'avant. Eh bien, je lui ai pardonné. Mes petites filles sont également une grande source d'inspiration. J'apprécie tellement leur compagnie. J'ai l'impression d'être encore une enfant : j'aime jouer et vis dans un monde magique où tout est possible.

Question : Pouvez-vous expliquer la composition du clan familial ?
Véronique : Bien sûr, nous sommes au total 12 personnes : 2 conseillers de vente dans notre boutique à Genève, 5 personnes au laboratoire de production, 2 personnes au back office - dont je fais partie - 1 personne en charge du digital et de l'image de marque - mon mari, et mes parents. L’ensemble de l’équipe travaille pour nous depuis très longtemps. Notre bureau principal se trouve à Meinier, dans le canton de Genève. Il est situé dans la campagne et offre une vue imprenable sur les Alpes. Il s'agit d'un petit bureau, mais nous partageons tous un espace commun, aligné avec l'atmosphère familiale et décontractée de l'entreprise.
Alberto : Je dois commencer par dire que je suis très fier du clan. Je suis très heureux de l'équipe d'artisans, des nouveaux projets en cours, des nouvelles images de parfums, des vitrines... Nous sommes une petite entreprise, pleine d'idées et prête à les concrétiser. Notre flexibilité nous rend forts et nous ne regardons que vers l'avenir. Nous sommes totalement dévoués à sa mission et travaillons beaucoup, 7 jours sur 7 ! Mes journées de travail commencent généralement vers 5 heures du matin, dans mon bureau à domicile, car ce moment de calme est ma meilleure fenêtre de création. Je commence la journée en "flairant" les touches senteurs de la veille. Cela me donne immédiatement la solution que je cherche, comme un éclair de lucidité. Lorsque je voyage, j'emporte toujours ma boîte à outils, pleine d'échantillons et de touches senteurs. Si je ne l'ai pas avec moi, c'est la panique !

Question : Votre marque a commencé par des bougies pour ensuite s’étendre à des parfums. Pouvez-vous nous dire quels sont été les défis pour chaque segment ?
Véronique : Nous avons aujourd'hui 33 parfums et 115 bougies. Il est juste de dire que les défis sont totalement différents, selon notre expérience. En ce qui concerne les bougies, nous avons le résultat final du test scientifique : la bougie brûle-t-elle comme prévu et le parfum correspond-il exactement à ce qu'il devrait être ? Il arrive que nos tests durent des mois jusqu'à ce que nous parvenions enfin à trouver la solution. En ce qui concerne les parfums, la question principale est de savoir si la magie opère pour que nos clients aiment la senteur au fil du temps. La séduction doit durer, sinon nous aurons des problèmes de rentabilité.
Alberto : J'aime toutes mes bougies et tous mes parfums de la même manière, comme un père aime tous ses enfants de la même manière. La seule chose que je dois avouer, c'est que ma mémoire est faible. Mon esprit est trop concentré sur l'avenir, sur les nouveaux parfums, et j'ai donc tendance à oublier les parfums passés. Avec Firmenich comme fournisseur exclusif, je dois dire que nous avons une chance inouïe et que nous ne rencontrerons jamais de problème d'approvisionnement en matières premières. Quant aux défis, Véronique est incroyablement douée pour les relever : elle ne craque jamais sous la pression, alors que moi j'ai tendance à paniquer. Je suis donc très heureux de lui laisser les reines un jour.

Question : Quelles sont les étapes les plus importantes qui résument l'histoire de la marque ?
Véronique : Nous n'avons pas chômé, comme vous pouvez le constater depuis le lancement de la marque en 1999 :
2008 Bougies Mizensir chez Colette Paris
Juillet 2013 Ouverture de la première boutique Mizensir à Genève
Avril 2015 Lancement de nos parfums en exclusivité chez Colette
2016 Parfums Mizensir chez Harrods
2016 Ouverture de la 2ème boutique Mizensir à Megève, station de ski exclusive en France
2019 For Your Love, nouveau parfum célébrant les 20 ans de la marque
2021 Ouverture de nouveaux marchés, les États-Unis et la Turquie

Question : Quelle est l'importance du « Fabriqué en Suisse » pour Mizensir ?
Véronique : Il est particulièrement important. Nous avons même placé un petit drapeau suisse sur chaque dépliant à l'intérieur de nos étuis. Nos bougies sont produites en Suisse ainsi que dans nos propres bureaux, tandis que nos parfums à Genève elle-même. La plupart de nos fournisseurs sont également situés en Suisse, ou bien en Europe.
Alberto : Je suis très fier du « Fabriqué en Suisse », car c'est un signe de qualité. Nous avons reçu de nombreuses offres de fournisseurs hors de Suisse, voire hors de l'Union européenne, qui essaient de nous attirer avec des coûts plus bas. Ce que nous savons, c'est que des coûts plus élevés s'accompagnent non seulement d'une meilleure qualité, mais aussi d'une plus grande flexibilité en ce qui concerne les délais de livraison ou de production. Nous avons décidé de conserver notre modèle durable. Vive la Suisse !

Question : De quoi êtes-vous le plus fiers ?
Véronique : Il y a trois choses dont je suis fière. Tout d'abord, mon clan familial, sans surprise. Deuxièmement, notre indépendance car nous sommes totalement autofinancés. Troisièmement, le fait d'avoir pu faire découvrir le oud à des personnes qui traditionnellement ne l'aimaient pas auparavant. Je suis heureuse d'avoir contribué à la démocratisation de cet ingrédient. Mizensir présente dans sa collection de nombreuses variétés d’oud qui ont atteint cet objectif.
Alberto : Je suis très fier de la reconnaissance que la marque a acquise. Je suis également fier de notre liberté totale et de l'équipe, comme je l'ai déjà dit. Je vais aussi être d'accord avec Véronique, je suis super fier d'avoir saisi et partagé la magie du oud. Tout le monde en parle mais comme pour une licorne, personne ne l'a jamais vu. Et bien moi, je l'ai vu ! Le oud m'est devenu très familier, je connais les différents types de oud sur le bout des doigts et mes clients aussi.

Question : Quelle est votre vision du luxe ?
Véronique : Pour moi, le luxe, c'est la liberté de choisir ce que l'on veut faire et d'avoir confiance en soi.
Alberto : Pour moi, le luxe c'est simple, on a un morceau de luxe dans chaque détail issue de l’artisanat : un ruban, une jolie boîte, un papier d'emballage parfumé. Le luxe doit être accessible et vrai. La qualité doit donc être au rendez-vous, on ne peut pas tricher. En tout cas, moi, je ne le fais pas. Comme résultat, nos mains produisent un bout de beauté.

Question : Si Mizensir était une couleur, une musique, un moment de l'histoire, une œuvre d'art ?
Véronique : Le blanc, Julien Doré de la French Pop, aujourd'hui, la sculpture thaïlandaise, la décoration d'intérieur minimaliste...
Alberto : Le bleu pour son énergie, le rouge pour sa passion, Mozart et Beethoven pour leur force et leur faiblesse créative. Quant à la décoration, je n’ai pas une référence en particulier ! Enfin, j'en ai trop. Je garde tous les souvenirs de mes voyages ; ma maison ressemble à une caverne d'Alibaba, je n'arrive tout simplement pas à me débarrasser de mes objets. Après tout, si je les ai aimés, c'est qu'ils signifient quelque chose, qu'ils m’ont apporté quelque chose de précieux dont je ne veux pas me débarrasser.

Question : Il est temps de poser à tous les deux une question clivante. En quoi votre attitude est-elle différente ?
Véronique : Je suis heureuse des compromis, les règles et les procédures des dossiers complexes sont toutes prises en compte, une étape à la fois, approche zen.
Alberto : Perfectionniste, je tombe facilement dans un état de tragédie - je suis espagnol après tout. Je suis également impatient car pour moi tout le temps passé loin de la création de parfum c’est du temps perdu, donc je suis toujours dans l'urgence.

Question : Enfin, une question pour ramener à un terrain d'entente. Quels sont les traits de votre personnalité qui vous ressemblent ?
Véronique : Je suis curieuse, sociable, travailleuse, passionnée de parfums, naturellement.
Alberto : Tout à fait exact ! Pas d'autre commentaire.

Le résultat de Mizensir x Morillas est un Duo Magique Imbattable.
Mizensir est un « pas de deux », maîtrisé avec brio par un père et sa fille, équilibrant parfaitement leurs forces et leurs faiblesses. Véronique, avocate, n'est pas du tout quichottesque, elle dompte les ardeurs de son père et attend que la poussière retombe. Alice au pays des merveilles nous vient à l'esprit avec Alberto dans le rôle du lapin qui dit « Je suis en retard ! Je suis en retard ! Pour un rendez-vous très important ! » Son père magicien est là un instant et disparaît la seconde d'après. Véronique fait preuve d'une patience et d'une résilience à toute épreuve, tandis qu'Alberto s'acquitte superbement de son rôle dans « Attraper un magicien des parfums ». Nous avons deux générations qui s'unissent et partagent une âme commune en créant, par un tour de magie, de parfums magnifiques.

Le guide d'achat des parfums Mizensir | By Jus de Rose - Mizensir.ch
Mizensir parfums

Le guide d'achat des parfums Mizensir | By Jus de Rose

JOSEPHINE Originaire de Suisse, a passé une grande partie de son enfance dans le Singapour tropical pour se retrouver à étudier la biologie dans le Canada enneigé. Elle a décidé de poursuivre sa pa...

En savoir plus
Top20 Alberto Morillas fragrances | By The perfume guy - Mizensir.ch
Alberto Morillas

Top20 Alberto Morillas fragrances | By The perfume guy

Aujourd'hui, The perfume guy se concentre sur le maître parfumeur Alberto Morillas et ses créations. Dans cette vidéo il vous presente de grands classiques ainsi que des créations plus modernes. h...

En savoir plus